Contact

Verein Steine der Erinnerung

Neulinggasse 13/12
1030 Wien
Autriche


Information:
Mag.a Daliah Hindler
Matthias Beier BA

ten.g1488276135nuren1488276135nirer1488276135edeni1488276135ets@o1488276135fni1488276135

L’association

 

Notre but est de rendre hommage aux victimes de l’Holocaust et de garder le souvenir de la vie et de la culture juive avant la prise du pouvoir par les nazis. Nous voulons encrer ce travail de mémoire dans les lieux de vie des victimes viennoises juives.

Association Pierres du Souvenir

Karl Jindrich lors de l’inauguration de la troisième partie du « Chemin du Souvenir » à travers la Leopoldstadt, sur le « Heineplatzl », Heinestrasse 30


Elisabeth Ben David-Hindlerlors d’une cérémonie à l’occasion de l’inauguration de la première étape du « Chemin du Souvenir », Kleine Sperlgasse 2a


Vally Steiner , responsable du stand d’information lors d’une manifestation de l’association dans le centre de formation (Bildungszentrum), Praterstrasse 25


Ernst Fitzka, en tant que présentateur lors de l’inauguration des « Etapes du Souvenir dans le Alsergrund » sur la place devant la Servitenkirche


Zahava Hindler


Daliah Hindler


Matthias Beier


 

 

Mission et objectifs

Les objectifs de l’association se sont formés au long de notre travail ; nous n’aurions pas pu les formuler antérieurement :

  • Nous redonnons aux personnes assassinées une place dans leur arrondissement, dans le quartier, où elles ont vécu. Ainsi, ces personnes et leur sort ne sont pas oubliés.
  • Nous donnons aux familles des victimes la possibilité de se recueillir et de commémorer leurs grands-parents, leurs parents et leurs frères et sœurs assassinés. La nièce de M. Feldschuh nous a rapporté que son oncle, grièvement malade, n’a pu trouver la paix qu’après avoir vu les photos des Pierres du Souvenir placées en hommage à ses parents et à sa grand-mère. Le traumatisme des familles des victimes est tel que même avec les meilleurs projets, nous ne pouvons pas guérir les blessures infligées, mais notre grand souhait est d’apaiser la douleur. Ce qui aide aussi les survivants est le sentiment que l’immense peine qui leur a été infligée, est reconnue et respectée à Vienne.
  • L’encrage du projet parmi la population a une importance centrale. Nos projets sont soutenus par des parrainages, des dons de pierres et des dons financiers. L’aspect financier joue un rôle important, mais il est également primordial que les habitants construisent, réalisent et soutiennent ce projet avec nous.Cette forme de travail de mémoire viennois doit être un travail commun. Plus il y a de participants, plus fort sera l’encrage du projet. Nous ne nous adressons pas primordialement à la communauté juive. La participation dans le projet peut aussi être un enrichissement personnel. Je cite un parrain :

    « Ce que je trouve particulier dans ce projet : J’apprends à mieux connaitre l’histoire et, en même temps, je peux y contribuer quelque chose de positif. Je peux être actif, ce qui, pour moi, est un soulagement, et ainsi je fais quelque chose de bien pour moi. J’ai trouvé très fascinant que l’on puisse être parrain. On peut s’engager à commémorer des personnes, victimes d’un système et sans famille. »

    Les possibilités de soutien et de participations sont nombreuses : Ainsi, des habitants du quartier s’occupent par exemple du nettoyage et de l’entretien des « Pierres du Souvenir » placées devant leur maison ou dans leur rue.
    Les bénévoles sont actifs et prennent des initiatives. Nous refaisons ainsi l’histoire d’en bas.

  • En invitant les passants à réfléchir, à faire face au passé, nous réalisons un travail de formation de la conscience.
  • En transformant l’espace public avec les pierres, nous apportons une contribution durable au travail de mémoire viennois.
  • Nous avons donné et nous donnons des impulsions à d’autres initiatives qui se sont formés dans Vienne et ses alentours.